Actualités

Uranium : un nouveau rapport documente la désinformation pratiquée par la Commission canadienne de sûreté nucléaire

Communiqué de presse

 

le 3 mars 2016                                                              Pour publication immédiate

Montréal – Le Regroupement pour la surveillance du nucléaire (RSN ou Canadian Coalition for Nuclear Responsibility) a aujourd’hui rendu public un rapport qui critique sérieusement une présentation faite le 22 janvier dernier par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) devant des membres du gouvernement du Québec.  Intitulé «L’uranium au Québec :  les faits et les conséquences», le rapport du RSN soutient que «la crédibilité de la Commission canadienne de sûreté nucléaire est sérieusement compromise» par des déclarations «biaisées et erronées» faites à l’occasion de la présentation du mois de janvier.

L’an dernier, le gouvernement du Québec a mis sur pied un comité interministériel pour étudier l’avenir de l’extraction de l’uranium dans la province.  Le Comité revise le contenu et les recommandations du rapport du BAPE de 2015, rapport consécutif à uen enquête d’un an et qui recommandait que la province ne permette pas l’extraction de l’uranium dans un avenir rapproché (le BAPE c’est le Bureau des audiences publiques sur l’environnement).

Le 22 janvier, Mme Patsy Thompson de la CCSN assurait le Comité que les radionucléides relâchés dans l’environnement par les mines et les raffineries d’uranium ne sont pas toxiques, alors que ces radionucléides – tels que le radium, le radon et le polonium – sont tous des matériaux extrêmement toxiques.  Elle a également affirmé que les mineurs d’uranium ontariens n’avaient pas plus d’incidences de cancers des poumons que les membres de la population en général, malgré une étude de 2015 subventionnée par la CCSN qui démontre précisément le contraire.   Elle a soutenu devant le Comité que les résidus d’uranium ne sont pas plus problématiques que toutes les autres sortes de résidus miniers, contrairement aux conclusions mêmes de  l’Agence internationale de l’énergie atomique.

La critique du RSN, intitulée  «L’uranium au Québec :  les faits et les conséquences», démontre que ces affirmations, ainsi que d‘autres dans la présentation de la CCSN, sont fausses ou sérieusement trompeuses.  «La présentation de la CCSN démontre un manque alarmant d’exactitude, de rigueur scientifique, d’équilibre et d’objectivité.  C’est incompatible avec le rôle statutaire de régulateur de la CCSN», soutient Gordon Edwards, président du RSN et auteur de la critique.

La critique du RSN est disponible en anglais et en français sur le site de la RSN (CCNR) :

http://ccnr.org/CCNR_CNSC_BAPE_2016.pdf pour la version anglaise et

http://ccnr.org/CCNR_CNSC_BAPE_2016_f.pdf pour la version française

- 30 –

 

Pour plus de détails, communiquer avec

 

Gordon Edwards, Ph. D., président du RSN

Bureau : 514-489-5118     Courriel :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Regroupement pour la surveillance du nucléaire

(Canadian Coalition for Nuclear Responsibility)

53 Dufferin, Hampstead QC, H3X 2X8.