Vous êtes ici : AccueilMines

Mines

Vers un moratoire permanent sur l’uranium; de l’Eeyou Istchee à l’ensemble du Québec

Communiqué imprimable: Québec.uranium.communiqué.CMDN.06.03.14.pdf

QuébecSansUranium.BaieJohanBeetz2013 

Trois-Rivières - Les CentricoisES et MauricienNEs pour le déclassement nucléaire accueillent favorablement l’annonce d’une enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement concernant les mines d’uranium au Québec. L’uranium est le premier maillon de la chaîne nucléaire. « Suite à l’arrêt de la centrale Gentilly-2 et afin de demeurer cohérent sur les risques que pose l’ensemble de la filière nucléaire, un moratoire permanent sur les mines d’uranium s’impose », affirme Sébastien Bois.

Lire la suite : Vers un moratoire permanent sur l’uranium; de l’Eeyou Istchee à l’ensemble du Québec

Le BAPE sur la filière uranifère est déclanché

Revue de presse, sommaire (les articles sont dans  
 
Communiqué  de la La coalition Québec meilleure mine- Pour diffusion immédiate
 Audiences publiques sur la filière des mines d’uranium:  Une sage décision
 
Communiqué du Le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, M. Yves-François Blanchet.
Exploration et exploitation de la filière uranifère : Le BAPE tiendra des audiences publiques
 
Communiqué de Strateco

Strateco est optimiste face à la tenue d'une enquête et d'une consultation publiques du BAPE sur la filière uranifère québécoise
 
Le Devoir 5 mars 2014
Le BAPE évaluera les impacts de la filière uranifère
 

Préparons nous au BAPE générique sur l'uranium

Un BAPE générique et des consultations pan-québécoises sur les mines d’uranium devraient très bientôt être annoncés au Québec. L’annonce pourrait survenir dès cette semaine ou les semaines suivantes.
 
Nous aurons besoin de renforts et de la solidarité de TOUS, surtout ceux voués à un Québec sans nucléaire, sans uranium, et pour des alternatives énergétiques à moindres risques pour la société.

Nous souhaitons un moratoire sur cette filière minière au Québec, comme c'est actuellement le cas en Colombie-Britannique, en Nouvelle-Écosse et dans l'État de Virginie, notamment à cause des nombreux risques que pose à long terme la gestion des résidus miniers radioactifs (et toxiques), qui se chiffrent en millions de tonnes pour chaque mine.
 
Plus de 400 municipalités, communautés autochtones (Cris, Innus), associations de médecins et organismes de la société civile réclament depuis quelques années un moratoire sur cette filière au Québec. Les populations les plus directement touchées par des projets d’uranium s’y opposent également (Outaouais, Côte-Nord, Minganie, Gaspésie-BDC, Hautes-Laurentides, Baie-James/Cris, etc.).
 
Exigeons que tout projet minier d’uranium soit interrompu pendant que le BAPE complète son analyse et jusqu'à ce que le gouvernement prenne une décision finale (aucun permis émis - c'est censé être le cas actuellement - www.mddefp.gouv.qc.ca/infuseur/communique.asp?no=2383).
 
Exigeons des études complètes sur l’ensemble des risques, dangers et impacts de la filière de l’uranium, des mines aux centrales nucléaires (et utilisations militaires...), notamment pour l’eau, l’air, la santé des populations, la faune, la flore, l’environnement et la société en générale.
 
QUELQUES RÉFÉRENCES CLEFS SUR LES ENJEUX  DES MINES D’URANIUM
AU QUÉBEC ET À L’INTERNATIONAL (NON EXHAUSTIF)