Vous êtes ici : AccueilNucléaire

Nucléaire

Canada Israël ONU traité de non prolifération des armes nucléaires

Signez la pétition des Artistes pour la Paix en faveur du désarmement nucléaire, suivi d'une revue de presse sur l'action du Canada pour faire dérailler le traité de non-prolifération des armes nucléaire en révision à l'ONU

Pétition contre les industries de mort

Auteur: Pierre Jasmin | Le 25 mai 2015

Les Artistes pour la Paix dénoncent «les industries de mort» qui incitent nos dirigeants politiques à préférer, aux missions diplomatiques, les bombardements provoquant la fuite de millions de réfugiés (English follows). À 1800 milliards de $ en 2014 (chiffres du SIPRI), les budgets militaires mondiaux en hausse ont contribué à bombarder l’Afghanistan, le Pakistan, l’Irak, la Syrie, Gaza et en Afrique, la Libye et le Yémen.

107 (!) pays prônent maintenant la voie humanitaire de www.ICANW.org à la fin des discussions 2015 du Traité de non-prolifération à New York (ONU) : car malgré la pression constructive de Ban Ki-moon, les neuf pays détenteurs de bombes nucléaires ne veulent pas s’en débarrasser, en dépit de la possibilité de déflagration accidentelle ou terroriste, et gaspillent, avec la complicité des banques, 100 milliards par an à l’entretien et à la modernisation de leur arsenal apocalyptique (lire www.dontbankonthebomb.com).

Nous, signataires, scandalisés par de telles priorités destructrices, exigeons de nos dirigeants qu’ils aident plutôt les populations qui meurent de soif, de faim et des suites de tremblements de terre.

Lire la suite : Canada Israël ONU traité de non prolifération des armes nucléaires

Déclaration du Symposium mondial sur l’uranium 2015

Pour signer la déclaration individuellement ou pour un organisme, aller sur http://uranium2015.com/

VERSION PDF
Québec, Canada | 16 avril 2015 

Nous, les signataires de cette déclaration, incluant les participants du Symposium mondial sur l’uranium, provenant de vingt pays des cinq continents, réunis dans la ville de Québec, au Canada, en avril 2015 :

Commémorons le fait que la Ville de Québec fut, en 1943, le lieu où les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada conclurent une entente pour développer les premières armes nucléaires, lesquelles ont notamment servi aux bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, il y a 70 ans, en 1945;

Respectons le moratoire sur l’exploration et l’exploitation de l’uranium décrété par la Nation Crie d’Eeyou Istchee dans le Nord du Québec; appuyons le large consensus contre l’exploitation de l’uranium exprimé par l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, les Inuits du Nunavik et plus de 300 municipalités de partout au Québec;

Saluons la prise de conscience croissante quant au fait que l’énergie nucléaire n’est ni une solution, ni une mesure économique, sûre et appropriée pour combattre les changements climatiques; saluons également la formidable croissance de l’utilisation des énergies renouvelables et les efforts notables accomplis au cours des dernières années pour réduire ou pour éliminer l’énergie nucléaire dans plusieurs pays;

Reconnaissons le besoin d’assurer un développement soutenable des collectivités tout en assurant la protection l’environnement;

Lire la suite : Déclaration du Symposium mondial sur l’uranium 2015

Le Canada vendra son uranium à l’Inde

http://www.ledevoir.com/politique/canada/437439/le-canada-vendra-son-uranium-a-l-inde

Le Canada vendra son uranium à l’Inde

Des opposants craignent que le contrat serve au développement de l’arme nucléaire

16 avril 2015 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
La chose se discutait depuis plus de six ans et elle est devenue réalité mercredi. Le Canada vendra pour la première fois de l’uranium à l’Inde, qui l’utilisera à des fins civiles. Le contrat, qui fait la joie de la Saskatchewan, est cependant décrié par les milieux opposés au nucléaire au motif que l’Inde est un des rares pays à ne pas avoir ratifié le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

La transaction a été dévoilée à l’occasion de la visite officielle du premier ministre indien, Narendra Modi, à Ottawa. L’entreprise canadienne Cameco, basée en Saskatchewan, livrera sept millions de livres de condensé d’uranium au cours des cinq prochaines années. Ce concentré sera utilisé pour alimenter des centrales électriques. M. Modi a vanté cette transaction comme étant un grand geste pour la lutte contre les changements climatiques.

« Un sixième de l’humanité vit en Inde. Nous aimerions donner quelque chose au monde. Avec l’énergie propre, on peut donner quelque chose. C’est notre responsabilité humaine de faire cela », a déclaré M. Modi au cours d’une conférence de presse conjointe avec Stephen Harper, selon ce que l’interprète a rapporté de ses propos. Le nucléaire ne fait pas l’unanimité chez les environnementalistes, car si effectivement il ne produit pas de gaz à effet de serre nocifs pour le climat, il génère en revanche des déchets radioactifs persistants que l’humanité ne sait pas encore comment neutraliser.

Lire la suite : Le Canada vendra son uranium à l’Inde